Philagora Espace Decouverte

PHILAGORA Decouvertes, tourisme culturel, loisirs, enfants

° TOURISME Vacances, mer, soleil, montagne, campagne

° ART - Expositions, Musées, Artistes

° Contes pour enfants

° Espace Jean Joubert Écrivain et poète, prix Renaudot

° A la découverte des langues régionales: Occitan Gascon Catalan

° Je cherche un EMPLOI

° Découvrez les 17 villages de l'Archipel des métiers d'art en Languedoc-Roussillon

_________________________________

° Art de vivre et gastronomie

° ABOUT the World articles en anglais

_________________________________

° Recommandez philagora à vos amis

° Philagora tous droits réservés

° Respect de la vie privée

_________________________________

° Contact

° Publicité

 

° Rubrique Contes et légendes > Occitan

Contes et légendes

La légende de Maguelone 

==> Page 1 - Page 2 -

  • Un conte en français proposé par Marie Eve Stevenne productrice et ponctuellement journaliste culturelle à la RTBF, maison de la radio belge à Bruxelles.

Mail: mes@rtbf.be ou e.stevenne@belgacom.net 

Ecouter la musique, clic ici: romance.mid 
(lien ouverture en popup) 

_________________________________

Pierre dans sa tête se forgeait déjà une histoire d’aventure et de fol amour. Il s’en alla vers les écuries. Maguelonne avait lu dans son regard: ma mie, il nous faut fuir ensemble puisque nos père sont devenus des ennemis. Point d’autre appel ne fallait pour qu’elle suive Pierre. Elle emporta son seul trésor, legs de sa tendre mère morte, un collier de pierres précieuses d’ambre et d’améthyste reliées par des anneaux d’or qui jamais ne devait la quitter. C’était son talisman, sa mémoire et son avenir.
Aussi discrète qu’une biche, bien vite, elle eut rejoint son jeune amant qui l’attendait aux écuries sur son cheval sellé. Sans dire un mot, il la souleva et l’enveloppa de son large manteau en la serrant contre lui.
Les gardes avaient eu ordre de baisser le pont-levis pour laisser partir au plus tôt le roi de Provence et son fils. Pierre lança son cheval au galop, ainsi il traversa la plaine et arriva dans une forêt quand la nuit commençait à tomber. Là, il mit son cheval au trot. Le corps épuisé de Maguelonne se tassait doucement et sa tête reposait sur l’épaule du cavalier.
Il fallait s’arrêter pour la nuit. Pierre choisit pour leur couche un épais tapis de mousse au pied d’un vieux chêne. Il le recouvrit de son manteau pour y faire reposer Maguelonne, s’étendre à ses côtés et tout au long de la nuit, la veiller entre sommeil et désir, en plongeant son visage dans le chaud parfum de ses cheveux.
Vingt jours et vingt nuits, les amants voyagèrent ainsi, s’arrêtant dans auberges seulement pour se restaurer et dormant au creux des forêts pour garder leur fuite plus secrète. Ils arrivèrent enfin en terre de Provence, toujours s’endormant la nuit dans les bras l’un de l’autre sans jamais s’accoupler. Pierre espérait amadouer son père en arrivant au château avec Maguelonne et épouser sa belle fiancée avec grand faste en la cathédrale St Pierre entre terre et mer au milieu des eaux paisibles des étangs de Villeneuve. L’évêque Arnaud bénirait leur union. De ce mariage en grande pompe, Maguelonne n’en avait cure. Cette nuit, dernière halte avant leur arrivée au château du roi de Provence, dans la forêt baignée du parfum des pins mêlé à l’odeur de la mer déjà proche, Maguelonne se fit plus tendre. Pierre se grisa de ses lèvres cerise, baisa tout son saoul ses seins aux pommes pareils, son corps blanc comme neige et contenta maintes fois son désir jusqu’au chant du rossignol. Quand l’aube parut, les amants s’endormirent, épuisés de leur plaisir. Pour laisser les mains de Pierre caresser sa gorge à loisir, Maguelonne avait détaché son collier et l’avait posé non loin d’elle. A la pointe du sommeil, Pierre perçut un frôlement d’ailes. Il ouvrit les yeux et vit un oiseau noir, -était-ce pie ou corbeau ?- saisir dans son bec le collier de Maguelonne et s’envoler à tire d’ailes. Pierre savait l’attachement de la jeune fille pour ce bijou. Elle lui en avait conté tout le prix. Il poursuivit le vol noir de l’oiseau vers les étangs liés à la mer, s’empara d’une barque amarrée à une berge et, toutes rames dehors, brassa l’eau, suivant fixement des yeux l’oiseau devenu un pont noir, de plus en plus menu, qui disparaissait vers l’océan dans un ciel déjà embrasé des lueurs du soleil….
C’est ainsi que Pierre pour l’amour de Maguelonne et pour l’amour qu’elle portait à un collier fatal, disparut lui aussi de la vie de la jeune femme en poursuivant jusqu’à la mer le mirage d’un oiseau voleur de bijou.
 On raconte qu’au large un navire prit son embarcation en chasse et qu’il fut fait prisonnier par des pirates maures. 

Un corbeau maudit avait emporté le collier et le bonheur des amants. Il avait déployé ses ailes noires comme le temps déploie les années.
Maguelonne s’éveilla seule, étendue sur le grand manteau rouge de Pierre. Abandonnée comme Ariane sur le rivage. Le cœur rempli de tristesse et de désespoir, elle appela en vain son amant et n’entendit que le cri lointain des mouettes. Elle savait qu’une église et un monastère étaient proches. Ils étaient sur une île reliée à Villeneuve par un pont. Pierre lui avait dit: dans la cathédrale de cette île, nous nous marierons. C’est donc là qu’elle irait et qu’elle l’attendrait.
Maguelonne attendit Pierre pendant vingt ans sur cette île entre terre et mer. Le monastère l’avait accueillie. Elle y soigna les malades. Ils y venaient nombreux.
Pierre, un jour y débarqua aussi. Etait-il malade et miné par la fièvre? Comment Pierre et Maguelonne se reconnurent-ils après tant d’années ?
Comment Pierre le gentil belliqueux réussit-il à s’enfuir d’une prison maure ? N’était-il pas plutôt resté de son plein gré dans ce palais où la fille d’un Prince arabe l’avait séduit? Cette histoire reste très obscure et très mystérieuse. Comme toute la vie.
Ce qu’on sait, c’est que Pierre et Maguelonne se reconnurent et se marièrent dans la cathédrale de l’île. Exactement comme Pierre de Provence l’avait prévu bien des années et des années auparavant.
Pierre et Maguelonne étaient devenus de vieux amants qui se souvenaient de leurs premières caresses et n’avaient connu que les blessures de l’attente et de l’absence, et aussi celles de l’incertitude. Elle ne sont pas mortelles. La cathédrale des sables est devenue la cathédrale de Maguelonne. Elle existe toujours. Le temps semble s’y être immobilisé pour garder la mémoire du passé à l’ombre des pins et dans l’étrange sérénité des étangs qui s’étendent à perte de vue jusqu’à la mer.

==> Page 1   

° Rubrique Contes et légendes > Occitan