Philagora Espace Decouverte

PHILAGORA Decouvertes, tourisme culturel, loisirs, enfants

° TOURISME Vacances, mer, soleil, montagne, campagne

° ART - Expositions, Musées, Artistes

° Contes pour enfants

° Espace Jean Joubert Écrivain et poète, prix Renaudot

° A la découverte des langues régionales: Occitan Gascon Catalan

° Je cherche un EMPLOI

° Découvrez les 17 villages de l'Archipel des métiers d'art en Languedoc-Roussillon

_________________________________

° Art de vivre et gastronomie

° ABOUT the World articles en anglais

_________________________________

° Recommandez philagora à vos amis

° Philagora tous droits réservés

° Respect de la vie privée

_________________________________

° Contact

° Publicité

 

° Rubrique contes pour enfants

Bienvenue les enfants 
_________________________________

Des billes !  Qui perd, ... gagne

( Est-ce bien vrai ? ) 

= Pour écouter la musique, clic ici: musique.mid 

__________ ~~~~~~~~__________

Il était une fois deux frères qui s’aimaient beaucoup, ce qui veut dire qu'ils se disputaient souvent...
   Maman,  a eu l'idée gentille de leur offrir des billes, dix petites et
deux grosses magnifiques
pour chacun. De quoi faire de belles parties dans la cour de récréation.
L'aîné avait déjà l'habitude de la grande école, il a versé toutes les nouvelles billes dans le trésor qu'il avait déjà gagné sur ses camarades l'année d'avant, et il n'en a pas pris une seule pour la classe. Comme ça, il était sûr de ne pas en perdre!
Le second, qui entrait au C.P.  a tout emporté, même
la belle grosse bille dont son frère lui avait fait cadeau en plus des autres. A quatre heures, quand maman a retrouvé ses petits loups, elle a été très étonnée: le grand avait les poches pleines de billes, le petit n'avait presque plus rien, tout était parti dans les mains de ses nouveaux amis.
 "Quel imbécile, celui-là!  grognait l'aîné, jamais je ne gaspillerais mes billes comme ça! Moi, on m'en prête une, et j'en remporte tout plein. 

"Maman ne disait rien, parce que chacun est libre de faire ce qu'il veut avec ses affaires. Elle était très fière de voir que son petit savait donner, simplement pour faire plaisir, mais, pour son aîné, elle se demandait si par hasard elle n'était pas la mère d'un avare très malin, et ça lui faisait de la peine.
Au goûter, la grand-mère  qui aime bien raconter des histoires, a commencé:

epinal1.jpg (9867 octets)

Dans un pays lointain où vivaient des princes tellement riches qu'ils n'auraient pas pu compter tout ce qu 'ils avaient, vivait un homme si pauvre qu'il n'habitait pas dans une maison. Il passait son temps dehors, en demandant de quoi manger, et il fourrait ce qu'il recevait dans un vieux sac de toile pendu à son épaule.
Un soir, qu'il marchait sur la grand-route, il vit au loin, dans le soleil couchant, un grand nuage de poussière dorée.

 C'étaient le char du grand prince et tout son équipage qui s'avançaient vers lui! Si seulement on pouvait faire attention à lui!
Le pauvre homme se mît donc sur le bord du chemin en levant ses deux bras d'un air suppliant... 
Miracle! Le char s'arrête devant lui, le prince en descend, il se penche vers le malheureux, il va, sans doute, lui verser une aumône magnifique... 
"Qu'as-tu à me donner?" dit-il au mendiant en tendant la main.

Comment? lui, qui a tout ce qu'il veut, il ose demander quelque chose, à un sans abri. Pour ne pas refuser, le pauvre fouille dans son sac, il en sort un grain de blé, le plus petit qu'il peut trouver et il le pose dans la main ouverte. Le prince sourit, il remonte sur son carrosse, et le mendiant le voit disparaître dans un grand nuage de poussière dorée, avec son char et tout son équipage.


Notre homme reste seul au bord du chemin, furieux et désolé... Quand vient l'heure de manger, il ouvre son sac, et il voit au milieu des grains de blé une toute petite chose qui brille très fort. 
Il regarde: mais oui! c'est un grain d'or! 
 

Dommage qu’il n’ait pas tout donné, il aurait un sac plein d'or, à présent! Comme il regrette de s'être montré avare! La nuit sans doute, porte conseil. Le lendemain au moment de partir en classe, l'aîné se décide, il va prendre une poignée de billes dans son tiroir et les met dans son cartable.
Si le les perds, tant pis, murmure-t-il avec un léger soupir... Au bout d'un moment, il ajoute: "Si je les regagne, c'est encore mieux!
Et c’est vrai, tout de même!

________________________________

= - Copyright page - Joëlle Llapasset

 ° Rubrique contes pour enfants