Philagora Espace Decouverte

PHILAGORA Decouvertes, tourisme culturel, loisirs, enfants

° TOURISME Vacances, mer, soleil, montagne, campagne

° ART - Expositions, Musées, Artistes

° Contes pour enfants

° Espace Jean Joubert Écrivain et poète, prix Renaudot

° A la découverte des langues régionales: Occitan Gascon Catalan

° Je cherche un EMPLOI

° Découvrez les 17 villages de l'Archipel des métiers d'art en Languedoc-Roussillon

_________________________________

° Art de vivre et gastronomie

° ABOUT the World articles en anglais

_________________________________

° Recommandez philagora à vos amis

° Philagora tous droits réservés

° Respect de la vie privée

_________________________________

° Contact

° Publicité

 

° Rubrique contes pour enfants

Bienvenue les enfants 
_________________________________

Une histoire incroyable, 
mais vraie,
ou presque...

Copyright

= Pour écouter la musique, clic ici: musique.mid 

__________ ~~~~~~~~__________

Dans une petite rue de Metz, étroite et obscure, vivait une très vieille dame, si vieille qu'elle n'avait plus ni mari, ni frères, ni sœurs, ni enfants. Elle tenait une boutique et vendait un peu de tout: du fil, des crayons et... des bonbons multicolores que les écoliers venaient lui acheter en sortant de classe. Comme elle était très gentille, elle avait beaucoup de clientèle. Le soir quand elle ouvrait son tiroir caisse "ding! ding!", il était plein de pièces et de billets. Elle les faisaient glisser "cra,cra,cra" dans un sac de toile grise, qu'elle emportait chez elle... 

Y en avait-il assez pour acheter une moto?

Justement c'est là que les choses se compliquent! C'est Janot qui aimerait bien s'acheter une moto. Janot est un pauvre garçon qui n'a plus de famille. Il habite tout seul dans un village; Il s'occupe de ses légumes, de ses deux arbres fruitiers, de sa poule rousse et de ses trois lapins, un blanc un gris et un noir. Cela ne lui faisait pas une vie très gaie, et voilà qu'un beau matin il prend le car avec ceux qui travaillent en ville. Il arrive donc sur la grand'place de Metz, tout près de chez notre vieille dame "Marguerite". Il s'arrête un moment pour regarder les gens qui entrent et qui sortent. A chaque personne qui passe, il entend le "ding!ding!" du tiroir qui avale les sous. A la longue ce bruit l'agace et commence à lui donner de mauvaises idées. "Elle en a de la chance cette bonne femme! C'est moi qui aimerait ramasser de l'argent comme ça! Et en plus, elle ne me donnerait même pas une pièce si je la lui demandais". En fait il se trompait, quand il entre à son tour chez Marguerite pour y acheter un sachet de berlingots, elle voit tout de suite qu'il ne doit pas être bien riche, et, sans rien dire elle met dans son paquet une plaque de chocolat; Quel dommage qu'il ait fourré ça dans la grande poche de sa veste sans s'apercevoir de rien!...

Après ça Janot va visiter les magasins de cycles, c'est ce qui l'intéresse. Il n'ose pas y entrer, il regarde simplement les vitrines, et là, tout à coup, il voit devant lui la moto qu'il lui faut! C'est une magnifique moto rouge avec de gros phares, un klaxon qui doit faire un bruit de tonnerre, et deux selles bien rembourrées, une pour le garçon et une pour la fille. Le coeur de Janot bat très fort, il a les yeux tout brillants, il va en rêver cette nuit...
Mais les magasins ferment déjà et il traîne dans les rues en attendant l'heure de son car... Et malheur, où se retrouve-t-il, sans même y avoir pensé? ... Devant la boutique de Marguerite!
Naturellement, elle est justement en train de faire glisser dans son sac de toile grise ce qu'elle a gagné, traverse la rue, grimpe son escalier -elle est encore bien leste- jette vivement le sac sur la table, et ... qu'est-ce qui se passe!..

...Quelqu'un l'attrape par derrière, elle se débat, elle tape de toutes ses forces avec la crosse de sa canne!... l'autre,... c'était Janot!
Janot prend bien vite un grand couteau sur la table et crac, égratigne le cou de la pauvre Marguerite qui n'a même pas le temps de crier.
Alors, bien plus tard, on l'emmène à l'hôpital et on la soigne.
Janot, lui, a pris le sac et il est parti en courant. Le lendemain, il se précipite au magasin pour acheter la moto rouge et il rentre dans son village tout fier; Comme au fond c'est un brave garçon il fait faire des tours de promenade à ses petits voisins qui sont ravis. La vie est belle.

Mais voici bientôt deux gendarmes qui arrivent: 
"Janot, Janot, d'où te vient cette belle moto?" 
- C'est mon oncle Paul celui qui travaille en Allemagne qui me l'a donnée! 

"Tiens Tiens! Tu as donc un oncle Paul! Il est rudement gentil, et il doit être riche! Janot, Janot, ces taches de sang sur ta chemise, qu'est-ce que c'est?" 
- C'est du sang de mon lapin noir que j'ai tué hier soir, et il s'est beaucoup débattu l'animal!

"Tiens tiens, il est donc ressuscité ce matin parce que je vois toujours trois lapins dans ton clapier. Janot,  Janot cette marque dans ton dos qu'est-ce c'est?" 
- C'est un fer à cheval dans la cour, j'ai glissé et je suis tombé dessus, à la renverse.

"Vraiment! .... Ce ne serait pas plutôt un coup de canne de la vieille Marguerite? Tu es un assassin, Janot, et tu vas aller en prison!"
- Pauvre Janot! 

Et Marguerite,...  il lui a fallu longtemps pour guérir et pendant qu'elle était à l'hôpital elle se disait: 
"Il n'était sûrement pas méchant, ce petit là! Maintenant le voilà en prison pour une moto! Quelle bêtise!"
La moto? On a demandé à Marguerite si elle voulait la revendre, et elle a dit non! Elle a dit qu'au fond c'était une bonne idée une moto, et qu'elle aimerait bien essayer de monter dessus. Janot sortit de prison, parce qu'on a trouvé qu'il n'avait pas eu de chance de n'avoir personne pour l'aider dans sa vie, et que c'était au fond un brave garçon. Pendant qu'il était enfermé, il s'était mis à penser à Marguerite, il se disait:
- "Mais ce n'est pas possible! C'est moi qui ai tué cette pauvre vieille dame! 
Cette moto rouge m'avait rendu fou! Comme je voudrais ne pas avoir fait ça! Il ne savait pas qu'elle était guérie, personne n'avait pensé à le lui dire."

Un jour donc, il marche au hasard dans les rues de Metz et il tombe sur... Marguerite! et,  c'est lui qui a eu très peur! Il veut se sauver, mais elle l'attrape par le bras et elle lui dit en riant: 
- "Cette fois, je ne te laisse pas partir avant que tu m'aies fait faire un tour de moto! Tu me dois bien ça!"

 C'était une vraie coriace cette Marguerite! Ils sont donc partis tous les deux, lui devant et elle derrière, à la place de la fille.

Comme ils n'avaient plus de famille ni l'un ni l'autre, ils ont décidé de rester ensemble. Et Marguerite, qui n'était pas une grand'ma, est devenue la plus heureuse des grand'mas.


Philagora tous droits réservés. ©

_________________________________

Texte - Joëlle Llapasset

 ° Rubrique contes pour enfants