Philagora Espace Decouverte

PHILAGORA Decouvertes, tourisme culturel, loisirs, enfants

° TOURISME Vacances, mer, soleil, montagne, campagne

° ART - Expositions, Musées, Artistes

° Contes pour enfants

° Espace Jean Joubert Écrivain et poète, prix Renaudot

° A la découverte des langues régionales: Occitan Gascon Catalan

° Je cherche un EMPLOI

° Découvrez les 17 villages de l'Archipel des métiers d'art en Languedoc-Roussillon

_________________________________

° Art de vivre et gastronomie

° ABOUT the World articles en anglais

_________________________________

° Recommandez philagora à vos amis

° Philagora tous droits réservés

° Respect de la vie privée

_________________________________

° Contact

° Publicité

 

> J'aime L'art - Expositions Musées Artistes > Musée Fabre de Montpellier

Le Musée Fabre de Montpellier

Eugène DELACROIX (1798 - 1863)

"Femmes d'Alger dans leur appartement".

Au musée du Louvre et ... aussi au Musée Fabre de Montpellier 
(39, Bd Bonne Nouvelle).

Site Philagora, tous droits réservés
_________________________________
 

"Limbes insondés de la tristesse"  (Baudelaire)

Dialogue entre Oui-oui et le Hibou.

 
Femmes d'Alger
dans leur appartement (1834)

Hibou: c'est un lieu interdit (=harem) que Delacroix présente à tous!
Oui-oui: en quelque sorte une photographie?
Hibou: sûrement pas! D'abord parce que Delacroix n'avait pris que des croquis, à la hâte, lors d'un bref "arrêt" à Alger, ensuite parce que le tableau de 1834 que tu admireras au Louvre représenterait une parisienne, celle de gauche.

Oui-oui: je te vois venir, tu veux me faire dire que le peintre a plus rêvé ce harem qu'il ne l'a copié.

Hibou: à gauche, c'est la tristesse, au centre la résignation, à droite l'ivresse: c'est comme cela qu'il les voit ou les imagine.

Oui-oui: j'hésite, qui est triste, résigné, abruti: Delacroix?

Hibou: pourquoi pas? De toute façon, formes et couleurs composent des vies, des passions.

Oui-oui: et cette porte entrouverte, c'est la liberté.

Hibou: rien qu'un placard. La liberté, paradoxalement, elle est à droite: la servante dont la vivacité (regarde la main et le pied gauche levés) fait ressortir l'attitude d'abandon des autres femmes.

Femmes d'Alger dans leur intérieur (1849) au Musée Fabre de Montpellier
Huile sur toile *

Oui-oui: il semble bien qu'il n'y ait que des esclaves, du plaisir?

Hibou: de l'ennui! Maintenant tu peux admirer, au Musée FABRE de Montpellier un autre tableau, avec le même intitulé, peint 15 ans plus tard: en 1849, Delacroix peint à nouveau "Femmes d'Alger dans leur appartement" mais le temps les a durcies et fanées.

Oui-oui:  saisissant!

Hibou: au premier plan la favorite a perdu la moue rougissante de la jeunesse; au centre la résignation a fait place à la stupeur et celle qui vient d'aspirer le narghilé semble morte. La servante (?) se lamente.
Baudelaire dit avec bonheur que nous avons été guidés vers "Les limbes insondés de la tristesse".

Oui-oui: ces deux tableaux, c'est comme une méditation qui s'approfondit et devient de plus en plus mélancolique.

Hibou: voilà pourquoi, il est dommage que les deux tableaux ne soient pas présentés dans une continuité qui permettrait de saisir le mouvement du temps, sa violence.

* Femmes d'Alger dans leur intérieur (1849) Huile sur toile 
Lors de son séjour au Maroc, Delacroix avait été autorisé à pénétrer le harem de l'ancien Rais du dey d'Alger. Quinze ans après la première version du Louvre, il réalise cette composition apaisée où le pittoresque laisse place à l'évocation nostalgique de ces femmes inaccessibles
Don Alfred Bruyas, 1868

Cliché © Tous droits réservés, publiés avec l'aimable autorisation de monsieur Sylvain Amic conservateur art moderne et contemporain au Musée Fabre de Montpellier Agglomération.

Réalisation Joëlle Llapasset ©

> J'aime L'art - Expositions Musées Artistes > Musée Fabre de Montpellier

Pages Philagora http://www.philagora.fr/ et http://www.philagora.org/